L’intégration des voitures électriques en Suisse : quels impacts ?

Les voitures électriques sont environ trois fois plus efficaces sur le plan énergétique que les véhicules thermiques et émettent beaucoup moins de gaz à effet de serre. Ce n’est donc pas une surprise si la Suisse a intégré la mobilité électrique dans sa Stratégie 2050 pour atteindre la neutralité carbone. Notre article vous en dit plus sur les conséquences de l’intégration de ce mode de transport dans le paysage suisse.

État actuel du parc automobile électrique en Suisse

Depuis l’adoption de la mobilité électrique en Suisse, le nombre de véhicules électriques ne cesse de croître.

Les voitures électriques en croissance

Selon les données de Swiss eMobility, la progression de l’électro-mobilité est plus que prégnante en Suisse. En 2021, la part de marché des véhicules électriques à batterie (BEV) était de 9,9 %, et celle des véhicules hybrides rechargeables (PHEV) atteignait 8,3 %. Au total, 22,5 % des nouvelles voitures vendues en Suisse étaient électriques. Entre fin 2022 et fin 2023, la part de marché des BEV est passée de 17,3 % à 20,9 %, et celle des PHEV de 8 % à 9,2 %. Ainsi, durant cette période, 30,1 % des nouvelles voitures vendues en Suisse étaient équipées d’une prise électrique. Au 1er janvier 2024, 163 511 véhicules électriques étaient autorisés à circuler dans la Confédération, sur un total de 4,5 millions de voitures.

Le défi des points de recharge

La mobilité verte au moyen de véhicules électriques progresse significativement en Suisse, mais elle se heurte à un obstacle majeur : les points de recharge.

Actuellement et selon le site « je-recharge-mon-auto.ch« , la Confédération compte près de 100 000 bornes de recharge privées et 10 000 bornes de recharge publiques. Faciliter l’accès aux bornes est un défi majeur non seulement dans l’espace public, mais également au domicile des propriétaires de voitures électriques. Pour ces derniers, et s’ils louent un bien immobilier, l’installation des bornes nécessite l’autorisation de leur bailleur. Par ailleurs, pour les propriétaires d’appartements, l’accord des autres habitants de l’immeuble est requis.

Perspectives pour 2035

Il est indéniable que le nombre de véhicules électriques actuellement en circulation en Suisse va fortement augmenter.

L’Office fédéral de l’énergie (OFEN) prévoit qu’à l’horizon 2035, 2,8 millions de véhicules rechargeables circuleront dans la Confédération. L’installation de nouveaux points de recharge nécessite la mise en place d’un panel de solutions, qu’elles soient publiques ou privées. Il faudra considérer la recharge à domicile, au travail, dans l’espace public mais également sur le lieu de destination. Pour répondre aux besoins de recharge de ces 2,8 millions de véhicules électriques en 2035, il sera nécessaire d’installer environ 84 000 bornes de recharge en libre accès et 2 millions de bornes de recharge privées.

Soutiens gouvernementaux pour l’électro-mobilité

Les autorités suisses soutiennent activement la population tout en promouvant la mobilité verte.

Des subventions

Diverses subventions sont mises en place pour soutenir l’électro-mobilité. La Confédération, les cantons, ainsi que les communes participent à l’octroi de ces subventions. Elles couvrent non seulement l’achat de véhicules électriques, mais également l’installation d’infrastructures de recharge à usage privé, à destination des propriétaires de logements ou des entreprises. Les infrastructures de recharge publiques, comme celles situées dans les parkings, peuvent également bénéficier d’un accompagnement financier. Enfin, une aide est accordée pour la réalisation d’études territoriales sur la mobilité électrique.

Imposition des véhicules électriques en 2024

Depuis 1997, les voitures électriques n’étaient pas assujetties à l’impôt en Suisse, et ce pour favoriser leur déploiement. Cependant, de 2018 à 2022, leur nombre est passé de 8 000 à plus de 45 000. Aujourd’hui, 20 % des véhicules importés sur le territoire sont électriques et donc exemptés d’impôt. Cela entraîne une baisse des recettes fiscales sur les véhicules. Selon le Conseil fédéral, « les pertes fiscales cumulées pourraient atteindre un montant estimé entre 2 et 3 milliards de francs pour la période allant de 2024 à 2030 ». Il a donc été décidé d’imposer les véhicules électriques à partir du 1er janvier 2024.

Guide sur la recharge pour les perspectives 2035

Selon les prévisions de l’OFEN, 2,8 millions de véhicules électriques circuleront en Suisse d’ici 2035. 84 000 bornes de recharge en accès libre et 2 millions de bornes de recharge privées seraient alors nécessaires. Il devient donc crucial de mettre l’accent sur le développement des infrastructures de recharge, notamment dans les quartiers résidentiels. 

Un guide sur la recharge dans les immeubles locatifs a été conçu et lancé par Swiss eMobility, avec le soutien de SuisseEnergie, de l’OFEN et de divers acteurs. Il s’adresse aux bailleurs et aux régies chargées des immeubles locatifs. De plus, un portail « recharge-au-point.ch » a été mis en place par SuisseEnergie pour informer la population de la planification et de la réalisation des infrastructures de recharge.

Impacts voitures électriques Suisse

Impacts économiques liés à la mobilité électrique en Suisse

La mobilité électrique a créé des opportunités pour les startups suisses, qui contribuent à son développement.

Des startups suisses déploient des véhicules électriques

Les objectifs de la Confédération ont incité diverses startups suisses à développer leurs propres véhicules électriques. Par exemple, en 2018, la startup romande Enuu a développé un véhicule électrique monoplace destiné à la location pour désengorger les villes. Il est piloté via smartphone grâce à une application. En partenariat avec Energie Service Bienne, il a été testé pendant un mois sur le campus lausannois avant d’être mis à disposition du grand public à Bienne. Par ailleurs, en 2021, la startup Micro Mobility a présenté sa Microlino, une voiture électrique monoplace, sorte de compromis entre un deux-roues et une voiture.

Un procédé de recyclage des batteries en Suisse

Plus de 90 % des matériaux constituant les batteries électriques sont recyclables.

En Suisse, les batteries usagées sont actuellement envoyées à l’étranger, entraînant des frais de transport élevés. De plus, leur taux de recyclage n’atteint que 40 % lorsqu’elles sont incinérées ou fondues. Ces freins ont donné envie à Jodok Reinhardt de révolutionner le recyclage des batteries à partir de 2024. Grâce à ses nouveaux procédés, le recyclage des batteries usagées permettra de récupérer plus de 95% des matières premières qui les composent. Cela évitera le rejet d’une importante quantité de CO2 lors de la production des batteries, mais également l’émission de déchets toxiques.

La recharge innovante, sans câble

La mobilité électrique suscite le développement de technologies de charge. En novembre 2023, des acteurs de l’économie, de la science et les pouvoirs publics ont lancé le premier projet de recharge sans fil des véhicules électriques en Suisse. Celui-ci étudie notamment la faisabilité technique de la charge inductive dans les conditions quotidiennes. Il consiste aussi à déterminer les avantages et les inconvénients de cette solution par rapport au système de charge traditionnel mais encore, à clarifier le processus d’autorisation. Le projet durera deux ans et sera centré dans un premier temps sur l’adaptation du système de recharge à induction et sur l’homologation des véhicules. 

Articles similaires

Retour haut de page