Débats sur le nucléaire en Suisse en 2023 : maintien, réduction ou élimination de l’énergie nucléaire dans le mix énergétique ?

Afin d’atteindre l’émission zéro carbone d’ici 2050, la Suisse mise en ce moment sur le mix énergétique : énergies renouvelables, fossiles et nucléaire. Très polluantes et néfastes pour le climat, les énergies fossiles sont à bannir pour la Confédération suisse. L’avenir du nucléaire dans le pays fait quant à lui l’objet d’un grand débat.

Le parc nucléaire en Suisse

Dans les années 1960, la Suisse a privilégié l’énergie nucléaire aux énergies fossiles pour des raisons écologiques.

Les centrales nucléaires en Suisse

La Suisse possède actuellement cinq centrales nucléaires. Les centrales de Beznau 1 et 2, qui fonctionnent respectivement depuis 1969 et 1972. Elles affiche chacune une puissance de 365 mégawatts. La centrale nucléaire de Gösgen, active depuis 1979, offre quant à elle une puissance de 1010 mégawatts. Il y a également la centrale de Leibstadt, inaugurée en 1984, avec une puissance de 1233 mégawatts. La dernière centrale est celle de Mülheberg. Elle affiche une puissance de 373 mégawatts, et a été mise en service en 1972. Le coût élevé des mises aux normes a toutefois conduit à sa fermeture en 2019.

La production électrique du nucléaire suisse

Le nucléaire est un pilier de l’approvisionnement en électricité en Suisse. Les centrales marchent 24h/24 en hiver, mais elles sont à l’arrêt entre 2 à 4 semaines en été pour procéder à des opérations de maintenance. En 2022, elles fournissaient 19,6% (contre 18,5% en 2021) de l’électricité du pays, pour une production de 36,4% dans le mix énergétique (28,9% en 2021). Cette part d’électricité produite via le nucléaire est par ailleurs plus élevée que celle issue des énergies renouvelables, pourtant plébiscitées dans le cadre de la transition énergétique. En 2022, 13,7% de l’électricité produite en Suisse provenait des énergies renouvelables. 

La place du nucléaire en Suisse

C’est dans les années 60 que le nucléaire fait son apparition en Suisse. Il est destiné à pallier l’utilisation des énergies fossiles. Avec la stratégie 2050 pour l’abandon des énergies fossiles au profit des énergies renouvelables, le nucléaire est devenu essentiel à la production électrique suisse. En hiver notamment, ce sont les centrales nucléaires qui assurent la moitié de la production électrique. Toutes les centrales suisses disposent d’une autorisation d’exploitation d’une durée illimitée dès lors qu’elles sont en mesure de démontrer à l’autorité de règlementation qu’elles peuvent fonctionner en toute sécurité. 

Nucleaire en Suisse 2

Nucléaire en Suisse : bon parti ou non ? 

Avec la stratégie énergétique 2050, la Suisse envisage de délaisser totalement le nucléaire. Il y a pourtant matière à réflexion. 

Les enjeux de la transition énergétique en Suisse

En prenant la décision d’entreprendre une transition énergétique d’ampleur, la Suisse se confrontent à divers enjeux. La production d’électricité issue des énergies renouvelables est variable au cours de l’année, excédentaire en été et déficitaire en hiver. Le stockage de l’excédent est primordial pour l’hiver et les jours sans vent. En même temps, la Suisse doit faire face à l’augmentation de la demande liée à la mobilité et au chauffage. Par ailleurs, avec l’abandon du nucléaire dans un futur proche, elle doit trouver le moyen de combler le déficit qui en découlera.     

Le nucléaire : une production stable

En 2017, la Suisse a voté pour le développement des énergies renouvelables, conformément à sa Stratégie 2050. Ces énergies ne progressent toutefois pas assez vite et ne parviennent pas à suivre la demande, notamment en hiver. De plus, les installations permettant d’y avoir recours ont un impact néfaste sur la nature, comme en haute montagne par exemple, ce qui conduit à de houleux débats. Le nucléaire dispose en revanche d’une production « bas carbone », stable et constante. Il pourrait jouer un rôle dans la transition énergétique. Enfin, les énergies renouvelables ne produisent que lorsque les conditions le permettent, pas seulement quand on en a besoin. Le nucléaire assure donc la garantie d’un approvisionnement constant, surtout en hiver. 

Le nucléaire : des points négatifs

Si le nucléaire apparaît comme un allié dans la transition énergétique de la Suisse, certaines données contredisent son efficacité. Le coût de production élevé, les risques d’accidents ou encore la dépendance aux pays fournisseurs de combustible nucléaire (France, Russie, Etats-Unis) sont autant de points qui lui sont reprochés. Mais le principal défaut du nucléaire en Suisse est la question des déchets. Même si les déchets radioactifs sont enfouis et scellés dans des sites de stockage sécurisés, ils resteront un danger pour l’environnement et les générations à venir. Ces déchets radioactifs resteront toujours toxiques pendant des dizaines de milliers d’années. 

Nucléaire en Suisse : le débat remis sur le tapis

Les circonstances économiques et politiques actuelles ont remis en question la suppression du nucléaire dans le cadre de la stratégie énergétique de la Suisse. 

Pour la fin du nucléaire en Suisse

L’accident survenu en 2011 dans la centrale nucléaire de Fukushima, au Japon, a marqué les esprits. La loi sur l’énergie est alors révisée et soumise au vote. En 2017, les suisses se prononcent favorablement pour l’entrée en vigueur de ce texte. Cette nouvelle loi vise notamment à remplacer progressivement le nucléaire par des énergies renouvelables. Elle interdit alors la construction de nouvelles centrales nucléaires. À l’époque, la Suisse comptait sortir du nucléaire vers 2034, une date qui restait néanmoins théorique. Mais le contexte politique de ces derniers mois a remis en question cette sortie du nucléaire dans la production électrique suisse. 

L’impact de la guerre en Ukraine

La décision de la Suisse d’abandonner le nucléaire est malheureusement impactée par l’invasion de l’Ukraine début 2022. La Russie écope de nombreuses sanctions menant à une crise énergétique partout en Europe, le continent étant dépendant du gaz russe. En Europe, le nucléaire est relancé pour éviter une éventuelle crise énergétique. Les projets nucléaires se multiplient en France, en Finlande ou encore en Hongrie. La Suisse n’est pas non plus à l’abri d’une crise énergétique, si bien que le débat sur l’abandon du nucléaire a été relancé. 

Nucléaire en Suisse : quel avenir ? 

Aujourd’hui, la Suisse s’apprête à suivre ses voisins et à relancer son activité nucléaire. En août 2022, Club Energie Suisse remet cette question sur la table en lançant une pétition pour l’initiative « Du courant pour tous, en tout temps » (Stop au blackout). Le but étant de lever l’interdiction de construire des centrales nucléaires pour veiller à un approvisionnement électricité continu, autonome et respectueux de l’environnement comme du climat. Au moment où rédigeons cet article, cette initiative a déjà recueilli 120 000 signatures et franchi les 100 000 paraphes nécessaires. Le club est en phase de certification des signatures récoltées.  

Articles similaires

Retour haut de page