L’avenir de l’énergie hydraulique en Suisse en 2024 : défis et opportunités

L’énergie hydraulique fait partie des énergies renouvelables prisées par la Confédération pour assurer un avenir énergétique vert et durable au pays. Elle est d’ailleurs sa principale source d’énergie renouvelable. Cependant, ce secteur doit encore relever de nombreux défis, malgré les opportunités qui s’offre à lui.

État actuel de l’énergie hydraulique en Suisse

L’énergie hydraulique est l’une des plus anciennes sources d’énergie au monde. La Suisse a commencé à l’exploiter à la fin du XIXe siècle. Depuis, elle est devenue un pilier de l’approvisionnement énergétique du pays.

Statistiques sur les centrales hydroélectriques

En Suisse, on trouve de grandes centrales hydroélectriques dont la puissance est supérieure à 300 kW. Ces centrales se divisent en trois catégories principales : les centrales au fil de l’eau, les centrales à accumulation et les centrales à pompage-turbinage. Au 31 décembre 2023, le pays comptait 705 centrales de ce type, produisant en moyenne 31 171 GWh d’électricité par an.

En plus des grandes centrales, le pays compte de nombreuses petites centrales hydroélectriques, dites « petite hydraulique », avec une puissance inférieure à 10 MW. Actuellement, on en dénombre plus de 1 400, générant une puissance totale de 1 000 MW et une production annuelle de 4 100 GWh d’électricité. Cela représente environ 10% de la production hydraulique du pays, suffisante pour alimenter un million de ménages.

Contribution de l’énergie hydraulique au mix énergétique

Sur les 31 171 GWh d’électricité produits annuellement par l’énergie hydraulique, environ 48,6% proviennent des centrales au fil de l’eau, 47,2% des centrales à accumulation et 4,2% des centrales à pompage-turbinage. Les cantons alpins, notamment Uri, Grisons, Tessin et Valais, contribuent à 63% de cette production totale.

Plus de 95% du potentiel hydraulique est déjà exploité dans la Confédération, ce qui en fait l’épine dorsale de l’approvisionnement en électricité du pays. En 2022, l’électricité issue de sources d’énergies renouvelables provenait principalement de l’énergie hydraulique, représentant 64% du total. Le reste de la production renouvelable provenait du photovoltaïque, du vent et de la biomasse pour 14%, tandis que 20% provenaient du nucléaire et 2% des énergies fossiles.

Perspectives futures pour l’énergie hydraulique

La politique énergétique de la Confédération vise à sécuriser l’approvisionnement du pays en électricité tout en augmentant sa production via les énergies renouvelables. L’hydraulique, déjà intensivement exploitée, jouera un rôle encore plus important à l’avenir. La loi sur l’électricité prévoit une augmentation de la production d’énergie hydraulique, à hauteur de 37,9 TWh d’électricité d’ici 2035 et de 39,2 TWh à l’horizon 2050.

Pour atteindre ces objectifs, il sera nécessaire de moderniser et d’agrandir les centrales existantes, mais aussi d’en construire de nouvelles. Seize projets de centrales hydroélectriques sont prévus, dont treize extensions de centrales existantes et trois nouvelles installations. Ces projets contribueront à répondre à la demande croissante d’électricité tout en respectant les objectifs de durabilité environnementale.

Lavenir de lenergie hydraulique en Suisse en 2024 defis et opportunites 2

Défis environnementaux et économiques de l’énergie hydraulique en Suisse

L’énergie hydraulique, bien qu’étant une source renouvelable, présente encore des défis environnementaux significatifs et doit faire face à des enjeux économiques importants.

L’énergie hydraulique et ses effets sur la nature

Les centrales hydroélectriques ne sont pas sans impact sur l’environnement. Elles constituent même une menace pour le fonctionnement écologique des cours d’eau. Dans la Confédération, plus de 2 700 km de rivières sont asséchées ou ont un débit insuffisant à cause de l’exploitation hydraulique. L’augmentation de la production d’hydroélectricité pourrait aggraver cette situation, en touchant des cours d’eau encore intacts et en risquant de détruire des écosystèmes aquatiques.

Les centrales hydroélectriques ont également des effets très néfastes sur la faune aquatique. Selon le WWF, près de 60% des poissons et crustacés sont éteints ou menacés de l’être à cause des modifications apportées à leurs habitats naturels par les installations hydroélectriques.

Les mesures de mitigation de la Suisse

Consciente de ces dommages collatéraux, la Confédération a mis en place des mesures de « renaturation des eaux » pour atténuer les effets négatifs des centrales hydroélectriques. Ces mesures visent les cantons et les exploitants de centrales hydroélectriques. Elles incluent des initiatives de revitalisation des milieux naturels, mais aussi la délimitation d’espaces réservés aux eaux, qui ne peuvent pas être exploités.

Pour les exploitants, il s’agit de mettre en œuvre des solutions pour protéger les eaux des éclusées et du charriage. Ils doivent également respecter un débit résiduel convenable et restaurer la libre migration des poissons. Les exploitants qui respectent ces mesures peuvent recevoir des indemnisations pour compenser les coûts engagés.

Les défis économiques de l’énergie hydraulique

Bien qu’elle soit un pilier de sa transition énergétique, la Suisse doit encore augmenter sa production d’énergie hydraulique pour répondre à la demande future. Hélas, cette source d’énergie fait face à des défis économiques majeurs. La modernisation des centrales pour les rendre plus flexibles nécessite des investissements importants, estimés à 40 milliards de francs.

De plus, l’hydroélectricité subit les fluctuations des prix du marché. Ces dernières années, les prix ont diminué, et l’évolution du marché demeure incertaine, ajoutant une couche supplémentaire de complexité économique pour le secteur.

Les opportunités offertes par l’énergie hydraulique

Malgré les défis auxquels elle fait face, l’énergie hydraulique présente des avantages socio-économiques considérables et stimule l’innovation.

Améliorer l’efficacité des centrales hydroélectriques

Pour assurer l’avenir de l’énergie hydraulique, de nombreuses recherches et projets ont été lancés. Elles ont pour but d’améliorer l’efficacité des centrales hydroélectriques. À titre d’exemple, prenons le projet SmallFlex, dans la région de Goms, en cours depuis 2022 et qui devrait s’achever en 2026. Financé par l’Office fédéral de l’énergie (OFEN), ce projet pilote vise à démontrer la capacité des petites centrales à fournir de l’énergie de pointe et des services systèmes tout en respectant l’environnement. Les résultats de ce projet seront utilisés pour assurer l’avenir de la petite hydraulique.

Les nouvelles méthodes de stockage

Avec le développement des énergies renouvelables, la capacité de stocker le surplus d’électricité devient essentielle. L’énergie hydraulique offre un grand potentiel de stockage, grâce au pompage-turbinage notamment, une méthode qui s’avère rentable et efficace pour le stockage d’électricité. Le projet HiDe Stor, en cours depuis 2023, explore le potentiel des petites et moyennes centrales de pompage-turbinage utilisant des réservoirs situés dans sept cantons suisses : Vaud, Valais, Fribourg, Berne, Jura, Neuchâtel et Tessin. Ces cantons représentent environ 50% du territoire national.

Les avantages socio-économiques de l’énergie hydraulique

L’énergie hydraulique présente des avantages significatifs pour les communautés locales et les régions où les centrales sont implantées. Elle offre des opportunités d’emploi pour les locaux, améliorant ainsi l’image des centrales dans la région. Elles contribuent également au développement local par le versement de redevances hydraulique, taxes que les exploitants doivent verser aux cantons ou communes en échange du droit d’utiliser les eaux publiques pour produire de l’électricité. Maintenues jusqu’en 2024, ces redevances sont actuellement en cours de révision pour trouver une configuration plus adaptée aux besoins actuels.

Articles similaires

Retour en haut