Emploi et marché du travail dans le secteur des énergies renouvelables en Suisse en 2023

La transition énergétique engendre d’importants changements dans l’économie mondiale et nationale, notamment sur le marché du travail. En Suisse, elle a également modifié le marché de l’emploi, surtout dans le secteur des énergies renouvelables.

Transition énergétique et mutation des emplois

La transition énergétique impacte significativement le marché du travail. Certains postes se développent, tandis que d’autres émergent au détriment des emplois liés aux énergies fossiles.

Les nouveaux métiers dans le secteur des énergies renouvelables

Le développement des énergies renouvelables est rapide, ce qui implique des recherches sur de nouvelles technologies énergétiques. De compétences sont donc nécessaires pour concevoir et développer ces technologies, tout comme les infrastructures qui les accompagnent. Dans ce contexte, de nouveaux métiers voient le jour, non seulement dans le secteur de l’énergie, mais également dans des domaines connexes tels que ceux l’industrie et de la mobilité.

Des métiers qui évoluent

Avec la transition énergétique, de nouveaux métiers émergent tandis que d’autres se transforment ou évoluent. En Suisse, la transition énergétique consiste à délaisser les énergies fossiles et à réduire la consommation d’énergie. Le marché du travail doit donc intégrer la connaissance de ces nouvelles énergies. Les domaines de la construction et de la mobilité doivent, par exemple, participer à l’accroissement de l’efficacité énergétique tout en promouvant le développement des énergies vertes.

Les emplois sur ce marché

La création de postes dans les énergies renouvelables est favorisée par les enjeux climatiques et l’évolution des réglementations. De nouveaux métiers devraient donc continuer à émerger dans les prochaines années, offrant une grande variété d’opportunités dans des secteurs tels que le solaire, l’éolien, l’hydraulique, la construction et la mobilité. Parmi ces métiers, on trouve les installateurs de panneaux solaires, les techniciens éoliens, les analystes de données énergétiques et les ingénieurs en énergies renouvelables.

Les compétences requises

Les métiers dans les énergies renouvelables exigent certaines compétences, avec des niveaux de formation et de diplômes variés, de la maturité jusqu’au magistère.

Les hautes études dans les énergies renouvelables

Travailler dans les énergies renouvelables requiert une formation solide et une connaissance approfondie des technologies spécifiques à chaque type d’énergie renouvelable. Pour combiner les compétences des spécialistes et le développement des énergies renouvelables, la Suisse met en place des formations continues dans des hautes écoles spécialisées et des universités. Ces formations permettent d’obtenir des diplômes d’ingénieurs ou des masters spécialisés dans le domaine des énergies renouvelables, ainsi que des cursus de formation professionnelle supérieure.

Les formations de perfectionnement

La Suisse propose également des formations de perfectionnement pour les travailleurs déjà expérimentés dans le métier, mais aussi pour ceux dont le domaine professionnel implique l’intégration des énergies renouvelables. L’une de ces formations est l’offensive de formation du secteur du bâtiment, visant à former des personnels qualifiés et à prévenir la pénurie des compétences. Ce programme repose sur un vaste réseau d’associations professionnelles, d’institutions de formation et de partenaires institutionnels.

Les formations dédiées à la reconversion

Si de nouveaux métiers émergent et que d’autres évoluent, certains d’entre eux, notamment dans le secteur des énergies fossiles, disparaissent. Ainsi, une partie des travailleurs menacés cherche à se reconvertir pour éviter le chômage, tandis que d’autres aspirent simplement à exercer un métier « vert ». Avec le soutien de SuisseEnergie, la Confédération dispense des cours et des formations pour introduire ces personnes dans le monde des énergies renouvelables et les former dans divers domaines du secteur.

Emploi et energies renouvelables Suisse 2

Les opportunités professionnelles en Suisse

Avec les enjeux liés à la transition énergétiques, la création d’emplois stimule la demande de personnels compétents dans les énergies renouvelables. Quelle est la situation en Suisse ?

Des postes à pourvoir dans le secteur de l’énergie

Selon un consensus d’experts réuni en 2022, la demande est élevée dans le secteur des énergies renouvelables, mais l’offre ne suit pas. Près de 500.000 personnes sont nécessaires pour atteindre les objectifs fixés par la Suisse dans sa Stratégie énergétique 2050. Eric Marc Muller, ingénieur en construction durable, estime qu’environ 40 000 personnes doivent être formées dans le solaire au cours des cinq prochaines années. Il en va de même dans les métiers du bâtiment, où les experts estiment qu’il faudrait former 460 000 personnes au cours des cinq prochaines années, uniquement dans le Vaudois. Selon eux, 20% de la population active suisse devrait s’orienter dans le secteur des énergies renouvelables à terme.

Des opportunités dans le secteur de l’énergie

Selon un rapport publié en février 2023, basé sur des études mandatées par l’Office fédéral de l’énergie (OFEN), la transformation énergétique impactera positivement le marché du travail en Suisse. Les besoins en main-d’œuvre dans le secteur de l’énergie devraient augmenter d’environ 16 500 équivalents plein-temps (EPT) d’ici 2035, et d’environ 15 500 EPT d’ici 2050. En ce qui concerne les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, les besoins en main-d’œuvre sont encore plus élevés, atteignant respectivement 22 000 EPT et 24 000 EPT pour les deux années de référence.

Plus d’opportunités dans le solaire

Toujours d’après le rapport publié en réponse à un postulat du Parlement de février 2023, c’est le solaire qui nécessitera la plus grande main-d’œuvre sur les deux périodes de référence. Des effets sur l’emploi seront aussi remarqués dans le secteur du chauffage en raison de la multiplication du recours aux pompes à chaleur et des réseaux de chauffage. Mais encore, des besoins de main-d’œuvre émergeront avec les investissements liés à l’efficacité des bâtiments, des techniques de chauffage, de ventilation et de climatisation.

Articles similaires

Retour haut de page